Comment détecter un Alzheimer précoce ?

Considérée comme une maladie du 3ème âge, l’Alzheimer est une pathologie neuro-générative qui porte essentiellement atteinte à la mémoire.

Ayant un mode d’évolution plutôt rapide, percevoir à temps son apparition peut être bénéfique pour le patient.

Voici donc comment détecter un Alzheimer précoce.

Comment détecter un Alzheimer précoce

Les signes d’alerte

Des signes précurseurs révèlent généralement un Alzheimer quelques mois ou quelques années avant la déclaration officielle de l’affection.

Le premier signe émis par cette maladie est la perte de mémoire affectant la vie quotidienne du patient.

Ceci se traduit le plus souvent par des difficultés à retenir des informations et/ou des événements.

Des difficultés à exécuter les tâches quotidiennes sont ensuite observées : la victime perd ses capacités à exécuter ses tâches habituelles.

De même, un problème de langage surgit, avec notamment des difficultés d’emploi des mots, ou carrément l’oubli de ceux-ci.

Des difficultés face aux notions abstraites sont aussi observées (une incompréhension des chiffres sur une calculatrice par exemple).

Des changements de comportements et des sauts d’humeur sont aussi susceptibles de traduire un début d’Alzheimer.

Une désorientation dans l’espace et le temps traduit également un tout début de la maladie d’Alzheimer.

La victime aura donc tendance à ne plus connaître les jours de la semaine et à se perdre dans son environnement de vie.

Des changements dans la personnalité tels que des comportements étranges (irritabilité et stress aigus) seront remarqués.

Découvrez plus profondément tous les signes annonciateurs d’un Alzheimer précoce en obtenant plus d’infos sur alz.org.

Les examens de diagnostic

Détecter un Alzheimer au tout début permet essentiellement une meilleure prise en charge de la victime.

À cet effet, des examens médicaux s’avèrent utiles pour le diagnostic de la maladie d’Alzheimer.

L’examen clinique du patient

Il s’agit de la première étape du diagnostic, au cours de laquelle les signes précédemment abordés sont notés et donnent lieu à des plaintes.

Au cas où le médecin traitant détecte une origine pathologique, le patient est orienté vers un centre hospitalier.

Il s’agit de centres spécialisés pour un examen de Consultation Mémoire de Proximité (CMP), ou de Centre Mémoire de Ressources et de Recherche (CMRR).

Chacun d’eux dispose des compétences requises pour le diagnostic, la prise en charge et le suivi des personnes souffrant d’Alzheimer.

Ces centres font intervenir des psychiatres, des infirmières, des gériatres, des kinésithérapeutes, des neurologues, des psychomotriciens, des spécialistes de l’imagerie médicale, etc.

L’imagerie cérébrale

Cet examen se présente sous deux formes : l’imagerie par résonnance magnétique (IRM) et la tomographie par émission de positons (TEP).

La première permet d’apprécier le volume du cerveau et de ses diverses zones.

En effet, la maladie d’Alzheimer se caractérise par une atrophie de certaines structures cérébrales, notamment la diminution générale du volume cérébral et l’hippocampe.

La seconde forme quant à elle, est une méthode d’imagerie permettant une évaluation précoce et plus spécifique de l’affection.

Elle est traduite par la visualisation de la baisse de consommation de glucose dans certaines parties du cerveau, marquant une réduction pathologique de l’activité neurologique.

Les innovations au niveau de cette technique aident à la détection des plaques amyloïdes par le biais de radio-traceurs spéciaux.

L’analyse de biomarqueurs du liquide céphalorachidien (LCR)

Dans le cadre de cet examen, du liquide céphalorachidien (fluide hébergeant la moelle épinière et le cerveau) est recueilli par ponction lombaire.

La détection d’un Alzheimer précoce se fait selon les taux de peptide bêta-amyloïde et de protéine Tau.

Des niveaux respectivement inférieurs et supérieurs signalent un début d’Alzheimer.

Le diagnostic précoce de la maladie d’Alzheimer se fonde non seulement sur la clinique, mais aussi sur la présence de biomarqueurs (imagerie ou LCR).

En réalité, un patient peut présenter des lésions symboliques de ladite pathologie sans présenter ses symptômes.

Une simple prise de sang peut donc indiquer un Alzheimer précoce.

En définitive, il existe bel et bien des signes précurseurs qui signalent un début d’Alzheimer.

Des examens cliniques restent tout de même nécessaires pour détecter un Alzheimer précoce.


Articles connexes :

Peut-on tomber enceinte malgré l’endométriose ?

Comment savoir si l’on fait de l’apnée du sommeil ?