Troubles bipolaires de type 1, 2, 3 et 4 : le guide !

Les troubles bipolaires touchent aujourd’hui beaucoup de personnes.

Il s’agit d’une affection psychologique caractérisée par une humeur changeante.

La personne qui en souffre passe constamment d’une humeur maniaque (une grande joie ou de l’excitation) à une humeur dépressive (une mélancolie).

Troubles bipolaires de type 1, 2, 3 et 4 le guide

Il faut dire que ce changement s’opère sans aucune raison apparente.

Les études ont permis de classifier les différents types de bipolarité.

Que faut-il donc savoir sur les types 1, 2, 3 et 4.

La bipolarité de type 1

Une personne atteinte de la bipolarité de ce type alterne entre les épisodes maniaques et les épisodes dépressifs.

Le passage d’une phase à une autre est sanctionné par une phase qui n’est ni maniaque ni dépressive (le patient est normal).

Au cours de la phase maniaque, la personne atteinte est hyperactive, impulsive, surexcitée et débordante d’énergie.

Elle aura beaucoup d’idées en tête et au cours des discussions, elle parlera fort et vite.

Par ailleurs, elle sera facilement irritable et entrera dans une colère noire à la moindre occasion.

Par contre, au cours de la phase dépressive, on note une baisse de l’estime de soi, un manque d’appétit, un besoin constant de dormir, un manque d’énergie.

Aussi, les pensées négatives dominent l’esprit de la personne, elle s’isole et peut être sujette à des crises d’angoisse.

Le trouble bipolaire de type 1 se diagnostique assez rapidement suite à une thérapie.

Vous trouverez plus d’infos sur wikipedia.org.

La bipolarité de type 2

Ce type de bipolarité est aussi marqué par une alternance de la phase maniaque et dépressive.

Toutefois, ici, les épisodes maniaques sont peu prononcés et de très faibles intensités, on parle alors d’épisodes hypomaniaques.

Au cours de cette phase, le patient a en tête un nombre incalculable de projets : il déborde d’énergie et les idées fusent de partout.

Il se sent généralement très bien dans sa peau et son état émotionnel est quasiment normal.

Les patients se sentent tellement bien dans leur tête qu’au cours des épisodes hypomaniaques, ils abandonnent souvent le traitement.

Par ailleurs, en absence d’un traitement adapté, la phase dépressive peut survenir très rapidement.

Comme chez les malades de type 1, elle se caractérise par une grande tristesse, la baisse de la confiance en soi, la fatigue, l’isolement, etc.

Contrairement au premier, le type 2 est plus difficile à diagnostiquer.

La bipolarité de type 3

Par rapport aux deux premiers, le troisième type est beaucoup plus complexe.

Le patient alterne ici aussi entre de fortes émotions opposées comme décrites plus haut.

Toutefois, dans ce cas, les phases maniaques ou hypomaniaques sont causées par un événement précis ou la prise des antidépresseurs.

Il peut s’agir d’un traitement inadapté ou la non-association des stabilisateurs d’humeur au traitement.

En ce qui concerne les phases dépressives, elles sont essentiellement engendrées par des prédispositions aux troubles de l’humeur.

L’autre particularité ici, c’est que les deux phases ne sont pas toujours distinctes.

Même au cours des phases dépressives, le patient peut présenter des humeurs maniaques.

Un traitement basé sur la prise de thymorégulateur est à privilégier pendant une période minimale de 6 mois avant la reprise des antidépresseurs.

La bipolarité de type 4

Avec le type 4, la pathologie correspond beaucoup plus à la cyclothymie.

En effet, ici, on s’éloigne déjà un peu des troubles de la bipolarité.

Cependant, comme le patient alterne toujours les stades hypomaniaques et dépressifs, on parle toujours de bipolarité.

Avec le type 4, les épisodes ont une intensité très faible, ils sont quasiment indétectables par une personne qui ne s’y connaît pas.

Par ailleurs, malgré ce caractère pratiquement silencieux la bipolarité, de type 4 est tout aussi handicapante que les autres.

En effet, les épisodes sont de courtes durées, et la personne peut donc au cours d’une même journée alterner hypomanie et dépression.

En définitive, voici ce qu’il faut savoir sur les types 1, 2, 3 et 4 de la bipolarité.

Dans l’un ou l’autre des cas, il est conseillé de consulter un spécialiste afin d’éviter les conséquences graves comme le suicide.

Plus d’infos sur trouble-bipolaire.com


Articles connexes :

Est-ce qu’un problème de thyroïde peut bloquer la grossesse ?

Comment connaître son taux vibratoire et l’augmenter ?